Comment devenir moniteur de snowboard ?

-Comment devenir moniteur de snowboard en 2019

Vous chercher un job et vos études à l’université ne vous apporte que peu de satisfaction personnelle. À l’heure ou l’importance du bien-être est souvent oubliée au détriment de la notion de réussite, vous aimeriez trouver un emploi en lien avec votre passion.

L’épanouissement et le développement personnel prennent de plus en plus d’importance, mais comment lier cette quête du bonheur à l’apprentissage d’un nouveau métier ?

Voilà des interrogations présentes dans la tête de nombreux d’entre nous et au travers desquelles j’ai pu évoluer durant les dix années précédentes. Si tout comme moi, vous êtes intéressé par le sport, les loisirs, la nature et plus particulièrement par le snowboard, sachez qu’il existe des solutions pour évoluer professionnellement. Comme n’importe quel corps de métier, il est nécessaire de développer des compétences pour travailler dans les sports et les loisirs. « Nomad Snowboard » vous partage son expérience en espérant que cela vous fasse découvrir quelques solutions et vous aide à trouver votre propre parcours.

Devenir moniteur de snowboard en 2019,
Deux possibilités existent :

En France

Diplôme de snowboard Français

La première possibilité consiste à suivre la formation du diplôme d’État de ski, également appelé Moniteur National de Ski Alpin. Alors oui, vous avez bien lu, je parle bien ici de DE ski, car en France, le snowboard est considéré comme une pratique sportive dérivée du ski et dépend de la fédération française de ski. Par conséquent, il n’existe pas de diplôme respectif concernant l’enseignement du snowboard, malgré les multiples exemples à l’international. La récente entrée du snowboard aux Jeux Olympiques de Sotchi devrait œuvrer dans l’acceptation du snowboard en tant que discipline à part entière. Cependant, à voir les réactions de Patrick Montel et Laurent Luyat qui reprochaient aux commentateurs Christian Choupin et Mathieu Crépel, d’utiliser trop de termes anglais, on peut comprendre que nous n’y sommes pas encore. Quatre ans plus tard, le gouvernement français se fait encore taper sur les doigts par la justice, pour sa mauvaise volonté dans la reconnaissance des diplômes étrangers, spécifiques au snowboard.Malgré cette situation et si votre niveau technique en ski alpin le permet, vous pouvez suivre le cursus de formation du DE ski. Celui-ci dure plusieurs années et vous y aborderez le snowboard durant tout au plus une semaine. Cela vous donnera la possibilité de travailler en France comme moniteur de ski, mais également de snowboard.Bien entendu, la quantité de ski présente dans le cursus de cette formation est au détriment du contenu de formation concernant le snowboard. Il ne faut par conséquent pas s’attendre à développer votre pédagogie, méthodologie ou technique en snowboard.

S’exiler

Diplôme de snowboard international

Meanwhile….

Si tout comme moi, vous avez de nombreuses raisons de ne pas vouloir suivre la formation du DE de ski, il vous reste comme seule possibilité de vous exiler. Cette décision peut être assez déroutante et décourageante aux premiers abords et personnellement, il m’a fallu plus de 7 ans avant de passer le cap. En effet, nous avons tous notre cota de bonnes raisons de douter de l’intérêt à prendre une telle décision.
-La barrière de la langue
-L’inconnu que représente, les pays étrangers et leurs systèmes de formations
L’attachement à une région qui est la nôtre. Là où nous avons grandis, où nous avons notre réseau sociale et professionnel.
L’investissement financier que représente la formation (cela dit, le DE français est également onéreux et il existe différentes financement et aides financières dont je parle ICI )
– Bien entendu, l’incertitude de résultats . Cette expérience va t-elle nous mener vers le but recherché ?

Devenir moniteur de snowboard à l’étranger

Autant de questions auxquelles je vais tenter de vous apporter une réponse aux files d’une série d’articles et de vidéos sur le sujet. Le plus important est de savoir si le diplôme que vous souhaitez acquérir sera reconnu en France.
Utilisant mes connaissances et expériences personnelles comme support à la rédaction du contenu de Nomad Snowboard, je ne traiterais pas de la formation du DE de ski alpin. Cependant, si certains d’entre vous ont suivi cette formation jusqu’à l’obtention du DE et travail aujourd’hui en tant que moniteur de snowboard en France, votre témoignage est très bienvenue.

Joel de Nomad Snowboard


en savoir plus
https://nomadsnowboard.com/moniteur-snowboard-suisse/


8 pensées sur “Comment devenir moniteur de snowboard ?

  • juin 16, 2019 à 8:11
    Permalink

    Salut,
    Je pense de plus en plus au métier de moniteur snowboard, je me demandais dans quel pays tu as passé ton diplôme?

    Merci
    Mickael

    Répondre
    • juillet 13, 2019 à 7:32
      Permalink

      Hey Mickael, désolé pour le délais. J’étais entre 2 hivers. Maintenant en Nouvelle Zélande, de nouveau sur la neige. Pour ma part je suis diplômé du Brevet Fédéral Suisse, avec Swiss Snowsports. La section du site « devenir Moniteur » va bientôt répondre à tes questions, mais n’hésite pas à me contacter si tu as besoins d’infos rapidement. Merci !

      Répondre
  • juillet 17, 2019 à 1:26
    Permalink

    Merci pour cet article !
    J’avais une question, selon toi faut quel niveau à peu près pour exercer en tant que moniteur snowboard? Je pratique depuis 10 ans, j’ai un bon niveau sur piste et en poudreuse mais j’suis pas fan de freestyle donc en figures j’suis une brêle. Ca peut jouer selon toi ? j’aimerai passer le diplome en Suisse !
    A plus

    Répondre
    • juillet 18, 2019 à 10:17
      Permalink

      Salut Cédric, Merci à toi !
      Pour commencer la formation avec Swiss Snowsport, il te faut au minimum le niveau « King ou Queen » dans la «Red League»
      tu peux voir cela en vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=4ALwIg-LqUs
      Stay tuned pour de très prochaines news sur le sujet. Et n’hésite pas si tu as d’autre questions.
      Bon ride !

      Répondre
  • septembre 25, 2019 à 3:38
    Permalink

    Salut Joël,
    Super partage qui donne envie de s’investir!
    Tu parles de ton expérience au seins de la formation Swiss Snowsport, mais qu’en est-il pour les autres organismes tel que la SSBS? L’admission et les cours sont les mêmes dans chaque formation?

    Merci

    Répondre
    • septembre 25, 2019 à 11:43
      Permalink

      Merci Arthur. Au sein de la Suisse, le diplôme s’appelle le « BREVET FEDERAL » et par conséquent, OUI, l’architecture/forme du diplôme est la même. Cependant, il existe des différences importantes sur le fond/contenu de la formation. Le choix des lieux de formation influence la qualité des infrastructures disponibles (half-pipe, snowpark de qualité, conditions d’enneigement). L’actualité des manuels de formation et le niveau technique des formateurs sont également très importants, afin d’avoir une formation correspondant le plus possible à la réalité du terrain et préparant au mieux aux contraintes du métier d’instructeur de snowboard.
      Bonne réflexion 😉
      Joël

      Répondre
  • novembre 7, 2019 à 9:20
    Permalink

    j’ai choisi la formation britannique (BASI), principalement pour des raisons financieres, je l’avoue. Le BASI se compose de 4 differents niveaux, auxquels il est toujours possible de travailler, selon le pays, et surtout, selon la paye. En theorie, le niveau 1 ne permet de travailler qu’en indoor (-_-) mais si vous pouvez vous le permettre (en termes de visa), le japon embauche les niveaux 1 sous condition d’experience. sinon, les 35h d’experiences a produire pour postuler au niveau 2 sont realisables en club, ou comme stagiaire, ou vous voulez. Si la barriere de la langue vous effraie, moi, elle me terrorisait. Je me debrouille dans un bar en anglais, mais j’avais peur du langage technique. Sachez que le niveau 1 est un peu le niveau 0 dans le BASI (c’est d’ailleurs ce qui m’a un peu surpris), donc vous apprendrez les nouveaux termes en meme temps que vos petits camarades. Jusqu’au niveau 2, si votre niveau est bien au dela de celui demande, la clemence au niveau du langage est de mise (il faudra cependant, savoir assurer la securite en tout temps, normal, mais ca, il faut apprendre a savoir le faire au dela de la maitrise du langage, parfois, votre client aussi n’est pas tres anglais fluent). Le niveau 3 (dans lequel je suis) est un peu un parcours du combattant (6 stages/examens en tout a valider, bien que vous pouvez deja retirer la 2nde langue, dont vous serez dispenses…si vous choisissez francais XD) c’est aussi l’etape ou il vous faudra choisir une seconde discipline. la plupart d’entre nous choissisent le ski (juste un niveau 1 suffit, et c’est bien d’etre polyvalent dans pas mal de pays) mais si votre parti pris est de ne SURTOUT PAS abdiquer devant la suprematie du ski (lol), vous pouvez choisir le telemark, le ski de fond, l’handi-ski, ou l’handi-snow (apparament, tres peu de stages, mais il y en a). Voila, moi, ca m’a surtout permis de me projeter dans un metier que j’avais fais pendant des annees dans des structures benevoles, sans jamais me professionnaliser, parce que la france ne m’offrait rien pour faire un metier de ma passion (c’est long un monitorat francais, faut s’accrocher pour skier a 90% du temps lorsque ton truc c’est le snow) et j’avais pas assez pour financer un diplome suisse (possibilite de recuperer une partie, mais ca reste un investissement). Aujourd’hui, je guette toutes les sessions d’exam qui se deroulent en France, afin de squatter les canapes des copains, les forfaits sont du coup un peu moins chers aussi qu’en Suisse en general. Chaque session coute en moyenne 500euros, moi je finance ca en faisant de l’interim et de la debrouille, afin de tout faire le plus vite possible, mais la plupart des autres passent leurs 3 premiers niveaux en 4-5 ans minimum (j’aurais mis 1 an et demi du coup), ce qui permet de bosser, mettre de cote tranquillement, valider un stage de temps en temps.
    Pour le niveau 4, qui est la condition pour pouvoir travailler en France, vous devez recuperer des points FIS equivalents a l’eurotest (que vous avez aussi le choix de faire si vous etes masochiste car alors, votre niveau vous aurait surement permis de passer un DE francais?), la, pas le choix, competition officielles 😀 avec un niveau 3, la plupart des pays vous sponsorisent + facilement pour un visa (US, canada, australie, NZ), donc encore, c’est a vous de gerer votre parcours et le temps consacre. J’aime beaucoup le brevet federal suisse et je peux constater assez facilement la qualite de la formation (tous mes amis sont diplomes suisse). Suisse ou Basi, je ne peux qu’encourager a s’engager dans ces formations, afin de revenir en France avec ces diplomes etrangers. J’aurais grandement prefere rester « a la maison », passer un diplome de snowboard francais, contribuer a l’ameliorer au fil des annees et le representer a l’etranger, aupres des autres ecoles et des clients. A noter, il y a des passerelles entre d’autres systemes, notament l’autrichien, ou l’irlandais, si les conditions post-brexit vous font peur. Bonne glisse a tous 🙂

    Répondre
    • novembre 7, 2019 à 7:09
      Permalink

      EXCELENT !
      Merci beaucoup pour ce témoignage au sujet du BASI. Voilà des informations concrètes et précises qui peuvent intéresser nos youngs guns à s’orienter vers la formation. Ton ressentis vis-à-vis de la barrière de la langue permet aussi de se rendre compte que Oui, c’est possible de suivre une formation en Anglais, même si cela n’est pas notre langue maternelle. Encore merci pour ton partage et n’hésite pas à donner de nouvelles infos. Bonne continuation dans ton projet !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *